Accueil > Les rencontres d’Eco-Choix > Comptes rendus cafés débats archivés > Energies > Pollution électromagnétique et chimique dans nos habitations

6 novembre 2009

Pollution électromagnétique et chimique dans nos habitations

mardi 17 novembre 2009

David TOUZÉE commence à rappeler quelques notions générales sur le réchauffement climatique en précisant que si nous voulons arriver à diminuer par 4 nos émissions de gaz à effets de serre, c’est avant tout dans les domaines du transport et de l’habitat que nous ferons le plus de progrès.

  • 20% des émissions de gaz à effets de serre sont dus à l’habitat, soit une augmentation de 16% dans les 15 dernières années.
  • Notre région (Haute-Normandie) est parmi celles qui sont les moins performantes en ce domaine.

Pour améliorer la situation, il nous faudrait consommer moins (sobriété énergétique), consommer mieux ( efficacité énergétique) et de développer les énergies renouvelables.

Deux critères sont à prendre en compte dans l’habitat : les performances thermiques et l’énergie grise.

Les performances thermiques sont très variables d’une maison à une autre :

  • Une maison ancienne et mal isolée peut consommer jusqu’à 500 kWhep/m2 (kiloWatt heure d’énergie primaire)
  • une maison traditionnelle neuve suivant la réglementation 2005 consomme entre 80 et 250kWhep/m2 suivant la situation géographique et le type de chauffage
  • une maison construite avec beaucoup de soins et des matériaux performants peut consommer moins de 15 kWhep/m2 ( maisons « passives »), voire même devenir une maison positive en intégrant des énergies renouvelables, c’est-à-dire qu’elle produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme.

Mais la qualité d’une maison se mesure aussi à la nature de ses matériaux. Certains demandent beaucoup d’énergie à la fabrication et au transport (béton, aluminium, brique alvéolée en terre cuite…) Cette énergie est appelée « énergie grise » .
Comme pour l’achat de matériel électroménager ou de voitures, on peut se référer à deux types de diagrammes pour juger des performances thermiques d’une maison :

  • HPE : gains 10% par rapport au Cep de référence.
  • THPE : gains 20% par rapport au Cep de référence.
  • BASSE CONSOMMATION : < 50 KWH/m²/an.

Entrent en jeu également d’autres critères de choix pour les matériaux : sont-ils produits localement, sains, recyclables… ?
Entre en compte également le comportement des habitants de la maison : font-ils attention à ne pas trop chauffer, à ne pas utiliser trop d’eau chaude, à programmer correctement sa chaudière, à fermer les volets, etc…
Beaucoup de questions doivent être posées lorsqu’on envisage de construire ou de rénover.

Pour ce qui est de la construction bioclimatique on veillera à :

- la situation de la maison dans le terrain, au regard des autres constructions, du relief, de la végétation…
- la compacité de ma maison et à l’orientation des façades ( SUD de préférence pour les pièces de vie) . Une serre pourra avantageusement compléter les apports énergétiques gratuits du soleil
- une isolation soignée en limitant les ponts thermiques
- l’inertie des murs afin de capter la chaleur dans la journée en périodes froides et de la restituer dans la nuit (ou le contraire l’été )
- au confort d’été en plaçant des pare-soleils, de la végétation bien pensée, des volets un débord de toit important… et des toitures végétalisées pour apporter de la fraîcheur en été en se passant de climatisation évidemment !
- aux vitrages peu émissifs mais pas forcément triples dans nos régions tempérées.
- la ventilation qui pourra être auto réglable, hygroréglable ou, mieux, à double flux, permettant ainsi de régénérer l’air tout en conservant les calories produites dans la maison.
- au choix des isolants. Plus le coefficient R est élevé, plus l’isolant est performant mais on préfèrera des matériaux naturels pour limiter l’énergie grise, avec une bonne inertie thermique et pour obtenir des murs le plus perspirants possibles (laissant migrer la vapeur d’eau tout en gardant la chaleur à l’intérieur ).
Il existe de nombreux isolants mais les plus récents n’ont pas toujours la certification qui permet d’obtenir la garantie décennale… :

  • La paille, par exemple est un très bon isolant mais les assureurs refusent encore de la considérer.
  • Le lin est une matière produite localement (en Normandie).
  • La cellulose reste un très bon isolant puisqu’elle enferme beaucoup de bulles d’air .

C’est l’air emprisonné dans un matériau qui lui donne son pouvoir isolant.
Ainsi on peut construire sa maison en briques alvéolées en terre cuite sans avoir besoin de rajouter un isolant, si on a sélectionné la brique la plus épaisse possible donc ayant une résistance thermique élevée. Un simple enduit extérieur à base de chaux et un à l’intérieur suffisent.
D’autres produits sont également performants et naturels : le bois, la laine de bois, le chanvre, le liège, etc …
La maison à ossature bois est intéressante car le bois est lui-même un bon isolant. Cela limite donc grandement les ponts thermiques.
Les fabricants commencent à fournir sur chaque produit sa fiche environnementale www.inies.fr
- intégrer des énergies renouvelables :

  • le bois est celle qui semble la plus utilisée sous forme de bûches, de plaquettes ou de granulés. Pour les cheminées, il faudra y mettre un insert pour avoir un bon rendement …
  • Le solaire thermique servira à chauffer l’eau sanitaire et parfois aussi un plancher chauffant.
  • Le solaire photovoltaïque permettra de produire de l’électricité ainsi que le petit éolien.

- sélectionner les appareils les moins énergivores (électroménager, éclairage…)


- choisir judicieusement les produits de finitions (peintures, colles…) pour obtenir un air intérieur le plus sain possible. Il est maintenant avéré que l’air intérieur de nos bâtiments est généralement plus polluée que l’air extérieur à cause des émanations toxiques générées par les colles, peintures, vernis ou revêtements.

Pour tout projet de construction ou de rénovation, il est bon de contacter les espaces info-énergies afin d’avoir des conseils gratuits sur les matériaux, leurs spécificités, leur application et sur les aides qui peuvent être obtenus auprès de la région, du département en plus du crédit d’impôts et des prêts verts .

La liste de ces espaces info-énergie se trouve sur http://www.ademe.fr/particuliers/PIE/InfoEnergie_Affiche.asp?REGION=HN
Par tél : 0810 060 050

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.