Accueil > Les rencontres d’Eco-Choix > Comptes rendus cafés débats archivés > Biodiversité > Le retour du faucon pélerin

1 er Octobre 2010

Le retour du faucon pélerin

lundi 4 octobre 2010

Alain DESCHANDOL (président du CHENE) a présenté à l’aide de diaporama, les caractéristiques et la vie du faucon pèlerin. Prédateur en haut de la chaîne alimentaire, sa vie est liée aux pesticides et au désairage (recherché par les fauconniers ).

Gris avec quelques plumes qui ressemblent à une moustache sur les côté de la tête, le faucon pèlerin est un rapace diurne d’une envergure d’environ 80 cm. Son bec se termine par une forme en dent sur le côté qui permet de tuer la proie.

JPEG - 131.3 ko
faucon pèlerin

Il a une vue très perçante, pouvant distinguer une proie à 2 km. Pour cela ses yeux sont hypertrophiés. Si nos yeux avaient la même proportion que celle du faucon ils seraient aussi gros que des pamplemousses !

Il est réputé pour voler très vite : 200 km/h en « piqué », pour chasser ses proies et même à 400 km/h en « chute libre ».
Les proies sont essentiellement des oiseaux qu’il percute en plein vol ou qu’il griffe de ses serres puissantes pour ensuite les dépecer. Il avale plumes et os et rejette le tout sous forme de pelotes de rejections .
Les pigeons sont ses proies favorites ( il s’en nourrit à 90 % ), d’où la colère des colombophiles qui ne voient pas d’un bon œil le retour de ce prédateur. En effet les pigeons voyageurs ne sont pas entraînés à se méfier du faucon. Leurs cousins, les pigeons ramiers, savent bien qu’en cas de danger, il vaut mieux se cacher au sol puisque le faucon attaque essentiellement en vol. Certains colombophiles apprennent cela à leurs pigeons.
(Voir la revue de la LPO N°4 de 2005) .
Lorsqu’il a attrapé une proie, on voit parfois le mâle l’offrir en plein vol à la femelle. Pour lui, c’est sa façon d’emmener sa fiancée au restaurant ! La réputation de bon chasseur du roi des rapaces est légèrement surfaite puisque qu’il ne réussit que deux attaques sur dix en moyenne, certains étant bien sûr meilleurs chasseurs que d’autres…

Au printemps, la femelle fait un nid très sommaire dans une cavité de la falaise en y creusant un petit trou. Elle y pond une moyenne de 4 œufs mais seuls un ou deux poussins survivent la première année. Il faudra deux ans au jeune faucon pour être un adulte, capable de se reproduire.
Le faucon mâle est particulièrement fidèle. Il ne change pas de compagne et s’occupe avec elle de leur nichée. S’il s’appelle « pèlerin » cela ne signifie nullement qu’il est migrateur. Il ne se déplace que de quelques dizaines de kilomètres.

Ce « roi des rapaces » a disparu de notre région vers 1965.
Un premier couple est revenu en 1994. Aujourd’hui il y aurait 8 couples de faucons pèlerin nichant dans les falaises entre Le Havre et Villequier le long de la Seine . Cette disparition est due aux pesticides et en particulier au DDT qui, aujourd’hui n’est plus autorisé.
L’ingestion de pesticides entraîne des perturbations endocriniennes qui provoquent chez le faucon, comme chez certaines espèces de poisson, une féminisation. De plus, la coquille des œufs des oiseaux empoisonnés est plus fragile, occasionnant une forte mortalité de poussins.
D’autres causes de la disparition du faucon pèlerin on été signalées : le désairage (le prélèvement exceptionnel d’un poussin au nid ) et la chasse, bien que cet oiseau soit protégé depuis 1972 !
En France tous les rapaces sont protégés.
La réintroduction de faucons se pratique dans d’autres pays mais pas en France. Seul un essai a été fait dans le Jura.
Il est répandu dans le monde entier ( sauf aux pôles ) . Il existe 19 espèces . Il est très menacé au Canada et aux USA à cause de l’emploi intensif de pesticides.

Par contre il arrive de temps en temps au centre de soin le CHENE de relâcher un faucon ayant séjourné au centre pour se refaire une santé après avoir été blessé ou mazouté… Dans ce cas mille précautions sont prises pour que le faucon reprenne ses habitudes de chasse afin de survivre.

En France, les fauconniers s’intéressent peu au « roi des rapaces » . Il a cependant sa place dans les voleries. C’est surtout dans les pays arabes que la fauconnerie, comme méthode de chasse, a gardé toute son importance.

PS : Si vous vous intéressez aux oiseaux vous pouvez visiter le site www.oiseaux.net qui répertorie des centaines d’oiseaux avec photos, descriptifs et chants…

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.