Accueil > Écologie en pratique > Trions, Monsieur Papillon ! > Centre de stockage de déchets ultimes et du centre de tri ETARES

Centre de stockage de déchets ultimes et du centre de tri ETARES

lundi 30 novembre 2015

Centre de stockage de déchets ultimes et du centre de tri ETARES, à ST Vigor d’Ymonville

La Société ETARES est une émanation du PAH ( port autonome du Havre ) qui souhait en 1993 organiser le stockage des déchets qui trainaient ça et là sur la zone industrielle...Le PAH crée alors un centre de décharge pilote où le lexiviat (le jus de décharge) est totalement isolé du sol. A l’époque, ce centre de décharge n’était pas rentable. Il l’est devenu au fur et à mesure des durcissements de la réglementation en matière de décharges. A partir de ce moment, des investisseurs privés ont pris des parts dans l’entreprise. Le PAH n’a plus que 30% des actions.

Aujourd’hui le centre de stockage est autorisé à enfouir des déchets ultimes non dangereux (de classe II ). Sur une superficie de 19 hectares, ETARES a une capacité de 3 millions de m3. Dans 5 ans, le centre sera saturé. Il faudra trouver un autre site d’enfouissement. Le centre, une fois fermé, les déchets stockés seront toutefois surveillés pendant encore 30 ans.

Comment fonctionne actuellement le centre de stockage ?
Les camions qui viennent de la région havraise ou de la région parisienne, munis d’une autorisation de décharger, déversent leurs déchets dans une zone de déchargement. Lorsqu’il y a trop de vent, un système d’arrosage évite que les poussières ne s’envolent. Des grilles entourent la zone de déchargement pour éviter l’envole des matières légères. Sous la zone de stockage, on a préalablement placé une épaisse couche d’argile imperméable puis un film de polyéthylène très épais et totalement soudé. La zone est ainsi totalement imperméable.
Les jus de décharge appelés " lexiviat " sont transportés dans des bassins oxygénés . Les déchets stockés sont ensuite recouverts de terre et un couvert végétal est reconstitué . On y implante des plantes spécifiques de l’estuaire en suivant ainsi les recommandations de la Maison de l’Estuaire. On voit également la faune locale se développer naturellement ( oiseaux, sangliers, renards... ) . 24 cigognes habitent les lieux en permanence !
Nous avons donc constaté à ETARES un réel souci de préserver l’environnement dans tous les domaines et les collaborateurs qui nous ont reçus et guidés durant note visite nous ont montré qu’ils étaient passionnés par leur métier et qu’ils entendaient le faire le mieux possible, c’est à dire avec un maximum de respect de l’environnement.

Mais ETARES a deux autres activités :
- un centre de remblai contrôlé de 17 hectares destiné à recevoir des déchets inertes de classe III ( matériaux inertes, béton, gravats, terres non souillées...)
- un centre de tri
la société exploite 2 sites :

Nous avons pu visiter ce centre de tri très moderne qui accueille des déchets industriels banals. Il a été opérationnel fin 2003 et se préoccupe de trier le bois, les plastiques, le papier, la ferraille.
Ce centre de tri ETARES n’est pas encore rentable car les subventions ( FEDERE, ADEME, et CR ) sont insuffisantes et ce centre de tri ne dispose pas assez de déchets... Mais ETARES se fait un point d’honneur à maintenir cette activité déficitaire pour garder et améliorer encore son image d’une entreprise soucieuse de protéger notre environnement et de laisser à nos descendants une terre propre et accueillante. C’est pourquoi ETARES qui a déjà le label ISO 14001 : 2004 s’efforce d’améliorer encore l’ensemble de ses activités visant un label SD 21000 en s’inscrivant de plus en plus dans une démarche de Développement Durable. Ce nouveau label visé englobe des critères de bonne gestion du point de vue de l’environnement, de la santé (du personnel et des riverains) et de l’économie sociale (emploi, qualité de vie des salariés).
Le prochain site devra aussi intégrer le problème de l’énergie en divisant par 10 sa consommation. Il pourra sans doute valoriser les déchets par bioréacteurs et récupération des gaz provenant des matières fermentescibles, produire de la chaleur réutilisable ou de l’électricité. C’est en tout cas le souhait des dirigeants actuels d’ETARES. Cette technologie est déjà utilisée par la Sté IKOS, dans le département.

INCINERATION ou ENFOUISSEMENT
Difficile de choisir car les deux technologies ont leurs avantages et leurs inconvénients...
L’incinération, si elle libère de l’énergie, laisse un tiers d’imbrûlés ( les mâchefers )difficile à valoriser sans risque car sans suivi de qualité...Les émanations gazeuses (notamment la dioxine) restent réelles, même si elles sont moins denses avec les nouvelles usines d’incinération.

Au contraire, l’enfouissement des déchets de classe II est fait en toute sécurité environnementale et notamment des mâchefers. C’est ce que fait ETARES avec les 40 000 tonnes de mâchefers de CITRON. Mais peut-on enfouir des quantités énormes de déchets ?

La solution passe avant tout par la production de moins de déchets et le recyclage maximum des déchets...

Notons qu’Annie Leroy, membre d’Eco-Choix fait partie de la CLIS d’ETARES au titre de présidente d’EPLH (comité de liaison d’information et de surveillance) . Vous pouvez obtenir d’autres renseignements auprès d’elle, par notre intermédiaire.
http://www.etares.fr/index.php?option=com_content&view=frontpage&Itemid=1

Portfolio