Accueil > Les rencontres d’Eco-Choix > Comptes rendus cafés débats archivés > Société, bien-être, santé > Comment bien se nourrir ?

Comment bien se nourrir ?

3 OCTOBRE 2008

mercredi 22 octobre 2008

Claude AUBERT est ingénieur agronome. Il a écrit de nombreux livres sur l’agriculture biologique et l’alimentation. Son best seller en 1980 fut : Une autre assiette, qu’il vient de réactualiser et de publier sous le titre suivant :

Le café-débat fut l’occasion de faire le point sur nos comportements, nos habitudes alimentaires, les idées reçues, l’impact de l’agriculture et de notre alimentation sur l’environnement
Il a aussi montré comment sortir de la crise alimentaire qui s’aggrave de jour en jour.

Un agriculture durable, dit-il, doit respecter la qualité des sols, de l’eau et de notre santé.

L’agriculture est responsable d’un quart des émissions de gaz à effets de serre.

• L’accroissement de la consommation et de la production de viande dans le monde est la cause principale des méfaits de l’agriculture.
• La production de protéines animales nécessite beaucoup d’eau et de grandes surfaces cultivables alors que les protéines végétales en utilisent moins.
Du point de vue des gaz à effets de serre,

  • un kilo de veau ou d’agneau occasionne 30 kg d’équivalent CO2 .
  • un kilo de bœuf entraîne 14 kg d’équivalent CO2.
  • le porc et la volaille en produisent un peu moins
  • les végétaux ( céréales, légumineuses) sont moins nocifs : 0,5 kg d’équivalent CO2 pour un kg de céréales ou de légumineuses.

Face à la crise alimentaire mondiale, il propose de revoir les modèles agricoles.

• Dans les pays du SUD, il faut développer et améliorer les cultures vivrières locales .

• En France et dans les pays industrialisés, il faut aller vers des produits agricoles de qualité tout en modifiant les habitudes alimentaires, consommer moins de viande et plus de céréales complètes et de légumineuses. Nous mangeons en moyenne 80 g de protéines par jour alors que notre corps n’en a besoin que de 50 .

La présence de pesticides dans notre alimentation est la cause de nombreuses maladies.

Il privilégie les produits biologiques. Ils sont plus chers mais nous pouvons composer des menus biologiques tout à fait équilibrés et agréables pour des coûts très abordables en diminuant la quantité de viande . Un repas équilibré nécessite ¼ de produits animaux et ¾ de végétaux..
Par ailleurs il faut consommer des produits locaux et de saison . Les produits venus de loin occasionnent des transports gourmands en énergie et donc plus de gaz à effet de serre.

Enfin il est illusoire de mettre son espérance dans les OGM dont nous ne connaissons pas les effets sur la santé faute d’expérimentation sérieuses et qui mettent le vivant entre les mains de quelques multinationales .

En appliquant ces règles alimentaires, dit Claude Aubert, notre santé en sera améliorée et tous les hommes mangeront à leur faim.

Dans le débat qui suivit la conférence, on a aussi abordé la réforme de la PAC et la production des agro-carburants.

• La PAC ( politique agricole commune) qui soutient les agriculteurs a évolué affirme un agriculteur mais les aides de la PAC ne sont pas encore assez orientées vers une production de qualité répond Claude Aubert. Heureusement le conseil général et la région apportent aussi des aides à l’agriculture biologique. De plus, du point de vue social, la PAC est encore très imparfaite car 60% des aides sont versées à 30% des agriculteurs…

Les agro-carburants, dit Claude Aubert, c’est une aberration !
Utiliser des terres agricoles pour faire rouler nos voitures, c’est aggraver la crise alimentaire… Pourtant, affirme une participante, c’est bien l’orientation prise par l’Europe et la France.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.