Accueil > Écologie en pratique > Archives > Les CLIS, CLIC, etc. > CLIS Millenium du Hode 25 Nov. 2008

CLIS Millenium du Hode 25 Nov. 2008

... et c’est reparti pour trente ans ?!?!

vendredi 30 janvier 2009

Le site industriel Millénium/Cristal (anciennement Thann et Mulhouse ) va cesser son activité. Les 30 ha de terrain à La Cerlangue qui lui avaient été affectée pour le traitement des effluents devaient être dépollués et redevenir une zone naturelle. C’était sans compter sur les nouveaux dirigeants du site...

Ce compte rendu sommaire sera complété par le compte rendu officiel de la CLIS (Commission Locale d’Information et de Suivi)
dès que celui-ci m’aura été communiqué.

Le 25 Novembre 2008 à 14h30 s’est tenue dans les locaux de la Sous Préfecture une réunion où divers officiels étaient présents, afin de rendre publics le bilan d’activité 2007 et les projets pour le site du Hode de la société Cristal ( repreneur de Millénium, ancien Thann et Mulhouse)
étaient présents :
- Des représentants de l’Etat : M. le sous-préfet, la DRIRE, la DDASS
- des dirigeants de Cristal/Millenium : technique, commercial, administration, directeur
- des élus : M. le maire de La Cerlangue
- des associations : SOS estuaire, Oxygène estuaire, EPLH (Ecologie pour Le Havre ) et Ecochoix ( bien sûr)

questions préalables : Mme Leroy (EPLH) demande que les documents relatifs à la CLIS soit fournis conformément à la loi dans le délai prévu de quinze jours, ce qui n’a pas été fait, une fois encore...

La société Cristal /Millénium présente son bilan d’activité :
Cette société traitait en 2007 du minerai par de l’acide pour fabriquer du dioxyde de Titane.
Les effluents étant fortements polluants devaient être neutralisés avant d’être rejettés en Seine : c’est pourquoi un pipeline de 18 Km reliait le site de fabrication au site de traitement du Hode.
Là, les eaux acides étaient neutralisée et précipitées, par un ajout de craie et/ou de chaux (?) .
Les residus solides sont appelées gypse blanc ( commercialisé en totalité à des cimenteries par ex.) et gypse rouge. Le gypse rouge n’est pas à l’heure actuelle commercialisable du fait de son ton rouge qui donnerait du ciment trop coloré.
La société Millénium/Cristal ayant céssé sa production de dioxyde de titane, l’avenir du site du Hode est à l’étude. Des fonds existent, destinés à rendre le site à l’état naturel. Millénium /Cristal indique que le gypse rouge est destiné à rester sur le site, conditionné en alvéoles et enfoui au dessus d’une couche d’argile, puis cette zone sera végétalisée, et surveillée sur trente ans.
Quand l’association SOS Estuaire évoque le retour de cette zone à la reserve naturelle , le PDG de la société affirme qu’il n’est pas question pour l’instant de cesser l’activité de ce site, mais il reste évasif sur les futures orientations des projets en cours.

C’est le responsable de la DRIRE, qui va nous donner quelques explications sur une future utilisation possible : le site du Hode pourrait devenir un centre de traitement des eaux polluées issues du lavage des eaux de fumées ( Centrale thermique par exemple,mais aussi Total)
La zone du Havre est en effet saturée de ce gaz toxique : le SO2, produit par la combustion de carburants fossiles,le fuel, ou le charbon par exemple...
Je demande alors si cette infrastructure ne serait -elle pas destinée à rendre possible l’acceuil de nouvelles centrales thermiques, ce que nous, association environnementales, ne souhaitons pas.
M le sous-prefet répond que ces projets sont au point mort et qu’il faut en priorité agir pour réduire les rejets atmospheriques de SO2.
IL s’ensuit divers échanges au sujet de l’embroglio juridique car la question de la légitimité de l’utilisation de ce site pour une autre activité que celle prévue lors de l’arrêté d’autorisation est posée : encore un dossier à suivre !

µ-Myriam

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.